Qui Devrait Écrire de la Fiction Africaine?

Chimamanda Ngozi Adiche, dans son discours sur «Le danger de l’histoire isolée», a indiqué que la littérature actuelle ne présentait qu’une seule image de l’Afrique. Cette Afrique reste rurale, appauvrie et criblée de SIDA. Les romans ne dépeignent pas l’Afrique vibrante et diverse qu’elle a connue.

Adiche, qui a grandi aux États-Unis, a également été choquée par le manque de documentation sur les jeunes femmes afro-américaines. La partie africaine de son identité semblait toujours être mise de côté. L’histoire d’Adiche soulève des questions: qui devrait écrire sur l’Afrique ?

Parce que l’écriture est une force, on a tendance à penser que les auteurs ont une «responsabilité»; ils doivent écrire «éthiquement» – cela signifie qu’ils doivent prêter attention à l’impact potentiel de leurs œuvres, tels que les comportements qu’ils pourraient encourager ou les personnes qu’ils pourraient offenser. Cependant, beaucoup ne sont pas d’accord sur la nature exacte de cette responsabilité – les auteurs doivent-ils être réalistes, ou inspirer par le biais de fantaisie ? Devraient-ils parler de l’avenir de l’Afrique ou se concentrer sur le passé? Les idées européennes doivent-elles jouer un rôle, ou les idées africaines doivent-elles être auto-définies?

Certains groupes d’auteurs rencontrent des difficultés particulières:

ÉCRIVAINS DE LA DIASPORA

Certaines personnes croient qu’il faut vivre en Afrique pour écrire sur l’Afrique. Les auteurs peuvent s’éloigner de l’Afrique pour une foule de raisons. Cependant, des critiques de la littérature africaine sur la diaspora suggèrent que les auteurs perdent le contact avec le continent et ne devraient pas commenter son état. Ama Ata Aidoo (célèbre écrivain et universitaire ghanéen) considère que la littérature afrodiasporique (littérature de personnes qui ont quitté l’Afrique) est injustement « assainie et occidentalisée ».

Les partisans de la littérature de la diaspora affirment que les auteurs gagnent une distance nécessaire, ce qui fournit une perspective fertile. Souvent, les écrivains de la diaspora vivent en Afrique depuis longtemps et ne perdent pas le sens de l’Afrique comme «chez eux». De plus, une éducation à l’étranger diversifie leur perspective et apporte de nouvelles initiatives à la littérature.

PATRIMOINE ÉTRANGER

Les auteurs d’origine étrangère sont également confrontés à des difficultés, bien qu’ils vivent en Afrique. Par exemple, les œuvres de Gordimer et de Coetzee sont souvent rejetées en Afrique du Sud en raison de leur descendance privilégiée, blanche et néerlandaise. Relativement nouveau sur le continent, il est difficile de voir comment des histoires différentes peuvent être surmontées en forgeant une identité commune et moderne. Les Européens qui écrivent sur l’Afrique sont souvent perçus comme une seconde colonisation, réprimant une fois de plus la voix des habitants.

D’autre part, les tentatives de conciliation et de compréhension des auteurs constituent un autre forum de discussion moins conflictuel que le face à face.

«AFRICAINS AUTHENTIQUES»

Enfin, même la littérature africaine «authentique» est critiquée. En attirant des marchés plus vastes, les auteurs sont perçus comme « haïssant leur pays » et fournissant une version commerciale de l’Afrique.

CONCLUSION

La littérature africaine doit trouver sa voix. Beaucoup pensent que cet objectif sera atteint grâce à l’«africanisation» des programmes universitaires et à la création d’une compréhension du monde partagée par tous les Africains, avant que les idées ne soient projetées sur les marchés étrangers. Si des progrès doivent être réalisés, la littérature devrait être jugée sur le message communiqué plutôt que sur l’identité de l’auteur.

Marwin Ramos

VIEW ALL POSTS

Leave a reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *