Les démocraties autoritaires en Afrique

Le développement et la protection de la démocratie est d’importance critique en Afrique. La lutte pour la démocratie a déjà fait beaucoup de morts à cause des gouvernements autoritaires . Actuellement, la démocratie est menacée en Afrique. Si l’Afrique continue de progresser dans les secteurs sociaux et économiques, il est critique de protéger les valeurs démocratiques.

LES BASES DE LA DÉMOCRATIE

Partout dans le monde, l’Afrique inclut, la démocratie se base dans les élections libres. L’idée que tout individu, peu importe statut social ou richesse, puisse voter pour changer le fonctionnement du pays, est au centre de la démocratie. Une majorité importante des pays en Afrique ont des élections pour élire les chefs d’État.

Il y a toutefois encore des pays qui n’ont pas d’élections et qui réduisent au silence leurs opposants pour retenir le pouvoir, ce qui n’est pas démocratique. Les anciens régimes autoritaires en Afrique, tels que ceux d’Idi Amin en Ouganda ou Mouammar Kadhafi en Libye se sont opposés au peuple pour maintenir leur position. Plusieurs chefs d’État en Afrique maintenant cherchent à garder le pouvoir de manière plus subtile, de manière indirecte ou secrète, et empêchent le développement d’un parti opposant pour retenir le pouvoir.

COMMENT EST-CE QUE LA DÉMOCRATIE EST MENACÉE EN AFRIQUE ?

L’utilisation de législations et de constitutions pour affaiblir d’autres partis est devenu plus courant en Afrique. En Ouganda le Public Order Management Act de 2013 a permis au chef de police ougandais de dissoudre et d’interdir tout rendez-vous public ce qui a donné au gouvernement ougandais un pouvoir énorme puisqu’il contrôle si l’opposition peut se rassembler. L’Éthiopie a aussi passé deux lois en 2009 qui permet au gouvernement de poursuivre en justice toute personne qui aurait fait des déclarations ‘qui peuvent être comprises comme un engagement dans des actes de terrorisme’.

Ces deux cas montrent que les gouvernements de l’Afrique moderne sont moins violent en oppressant leurs opposants mais que cette oppression fait maintenant partie du système légal. Les chefs d’Etat en Afrique ont compris que les affrontements entre la police et les manifestants ont été critiquée par la communauté internationale et ont donc trouvé une alternative qui n’est pas moins oppressante pour réduire leurs opposants au silence.

Des changements à la constitution et des méthodes non-démocratiques intégrés dans la loi ne sont pas les seuls menaces à la démocratie africaine qui devient de moins en moins libérale. Il est essentiel d’identifier les menaces à la démocratie, tels que :

  • L’interdiction de paraître devant un tribunal international comme le Tribunal de justice de l’Union africaine ou de Droits de l’homme.
  • Le népotisme – quand les politiciens mettent les membres de leur familles dans des positions importante – un risque important dans des pays comme l’Angola et l’Ouganda.
  • L’opposition aux déclarations des finances nationaux. Si un gouvernement ne permet pas aux citoyens d’accéder aux informations pour savoir comment leur argent est dépensé, une enquête doit être menée à ce sujet pour renforcer la démocratie.

COMMENT AGIR CONTRE LES DÉMOCRATIES AUTORITAIRES

La constitution – le document qui décrit les valeurs que partagent la plupart des pays africains – est importante. Il est important de protéger les constitutions et ne pas permettre aux chefs d’État de les modifier, sinon des méthodes d’oppression peuvent être mis en mesure sans conséquence. En préservant la force des cours de de justice nous pouvons assurer que le gouvernement peut être tenu responsable pour ses actions – sans accès à cette sorte d’enquête les gouvernements peuvent agir comme il leur plaît.

La démocratie en Afrique est actuellement assez bien préservée. Les méthodes utilisées par les gouvernements pour consolider leur position sont, cependant, pire qu’avant. Il devient de plus en plus dur de trouver comment ces chefs d’État changent les lois, souvent de manière subtile, mais c’est une mauvaise pente. Les citoyens des pays en Afrique doivent être vigilant et opposer les méthodes non-démocratiques des gouvernements avant que l’oppression ne devienne pire .

HENRY RAIKES

VIEW ALL POSTS

Leave a reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *