Protéger la forêt tropicale du Congo

Pourquoi la forêt tropicale du Congo est une région essentielle

La forêt tropicale du Congo couvre environ 5 millions kilomètres carrés et six pays (la République démocratique du Congo, le Cameroun, le Gabon, la République du Congo, la République centrafricaine, et la Guinée équatoriale). C’est la deuxième plus grande forêt tropicale du monde. C’est extrêmement riche en biodiversité (ayant une grande variété de plantes, animaux, fungi et micro-organismes), avec plus de 10.000 espèces de faune et de flore (animaux et plantes). Ça comprend mammifères grandes et rares tels que les éléphants de forêt, les gorilles de montagne et les okapis. Il y a d’ énormes quantités de carbone dans sa terre, ses arbres et tourbières, ce qui rend la forêt une partie importante des projets internationaux de réduire les émissions mondiales de carbone.

Pourquoi la forêt tropicale est demeurée relativement intacte

Par rapport aux autres grandes forêts tropicales tel que l’Amazone, la forêt tropicale du Congo n’a pas été énormément affectée par l’activité humaine. Le conflit armé et l’instabilité politique se répandent dans la région depuis des décennies, ce qui repousse les investisseurs étrangers. Ça a empêché les activités industrielles telles que l’exploitation forestière, l’extraction minière et l’agriculture commerciale d’opérer à grande échelle dans la région. Par conséquent, la déforestation dans la région est principalement à cause des activités à petite-échelle, tel que le déboisement pour l’agriculture vivrière. Cependant, les scientifiques avertissent que les menaces que les industries représentent sont en augmentation. 

Les menaces émergentes pour la forêt tropicale du Congo

Deux des plus grandes menaces à la forêt tropicale sont l’exploitation forestière pour la production du bois et l’agriculture. L’exploitation forestière réduit non seulement le nombre d’habitats naturels appropriés pour la faune et la flore dans la forêt tropicale, mais mène aussi à une augmentation de braconnage. Les routes créées pour l’exploitation forestière rendent la forêt plus accessible aux braconniers. Entre 2003 à 2013, la population d’éléphants de forêt a baissé de 62%, en grande partie à cause du braconnage illégal. 

La conversion des forêts se produit lorsqu’on abat les arbres pour faire de la place pour les plantations des cultures. Tandis que la quantité de terre disponible pour les plantations est en train de disparaître dans les autres parties du monde, les investisseurs se tournent de plus en plus vers le bassin du Congo pour cultiver des produits tels que la gomme, l’huile de palme et le sucre. Ces plantations de monocultures ne peuvent soutenir qu’une fraction de la faune et flore de la forêt. 

Comment est-ce qu’on peut protéger la biodiversité de la forêt ?

Beaucoup d’initiatives de conservation utilisent des approches innovantes afin de protéger la biodiversité de la forêt tropicale.

-L’initiative REDD+ attribue un ‘coût’ à la forêt tropicale, et on estime que chaque hectare de terre a une valeur entre 20 et 50 dollars. Des organisations internationales tel que la Banque mondiale font des paiements aux pays en voie de développement basés sur l’aire de terre qu’ils protègent, ainsi promouvant une croissance économique durable. 

-Les projets de conservation communautaire sont un autre élément crucial de la protection de la forêt tropicale. Pour réduire la déforestation de la part de l’agriculture paysanne, il faut que les communautés locales s’engagent dans les projets pour protéger la forêt. Dans un mouvement historique pour la gouvernance de la forêt, le nouveau /Code des Forêts de la République démocratique du Congo/ a pour but de créer un grand réseau de forêts à gestion communautaire, en accordant à la population locale la possession de la terre sur laquelle ils habitent. 

– L’Association de la Forêt du Bassin du Congo travaille pour améliorer la collaboration et la communication entre les pays du bassin du Congo pour protéger plus efficacement la forêt tropicale.

Kaya Jumbe

VIEW ALL POSTS

Leave a reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *