L’Eco – la nouvelle devise de l’Afrique de l’Ouest?

Résumé des discussions sur la monnaie unique 

Depuis les années 90s, les quinze pays qui comprennent le group CEDEAO (Communauté économique des États d’Afrique de l’Ouest) ont été en pourparlers pour rejoindre une monnaie unique. Cependant, ce n’est qu’en Décembre 2000 que le but d’une monnaie unique est devenue un objectif officiel. Bien qu’il était prévu d’introduire l’Eco en 2003, la mise en circulation de la devise fut retardé à plusieurs reprises, l’une des dernières raisons étant la crise financière globale de 2008-2009.

Les raisons pour une monnaie unique

A l’heure actuelle en Afrique de L’Ouest, huit économies utilisent le franc CFA, qui est lié à l’Euro. Cela a pour conséquence que ces économies Ouest africaines sont grandement limitées dans leurs décisions économies puisqu’elles sont tellement affectées par la banque centrale européenne qui régit la politique monétaire de l’Euro. Rejoignant l’Éco aurait rendu ces économies indépendantes de la banque centrale européenne et aurait fait le lien entre elles et les autres économies Ouest africaines. Une autre motivation majeure pour rejoindre une monnaie unique serait de protéger les économies Ouest africain de l’impact des crises financières internationales majeures comme celles de 2008-2009. La monnaie commune protégerait contre les impacts catastrophiques potentiels d’une crise financière globale, et créerait une union politique forte qui serait plus influente dans le monde des affaires. L’Eco est aussi avantageuse puisqu’elle aiderait le commerce entre état Ouest africain qui n’auraient plus à se soucier des taux d’échanges de leurs propres monnaies en décidant la conclusion des affaires.

Recent événements 

Le 29 juin 2019, le CEDEAO a lancé le plan d’adoption de l’Eco d’ici 2020. Il fut décidé que le taux d’échange serait flexible, et que le but premier de l’union monétaire serait de maintenir, spécifiquement une inflation basse. Il fut rapporté que les quinze économies qui constituent le CEDEAO partagent une volonté politique forte pour atteindre les objectifs de la monnaie unique très rapidement.

Problèmes de la monnaie unique 

Néanmoins, il existe dix critères que chaque économie doit satisfaire pour rejoindre l’Éco, comprenant avoir une inflation de moins de 10 pour cent à la fin de chaque année et ne pas avoir de déficit fiscale excédant quatre pour cent du PNB. Les critères premiers n’ont été remplis que par le Ghana avant 2011 et par le Liberia depuis 2016. En conséquence, certains économistes pensent que les économies Ouest africaines devraient régler leurs problèmes d’infrastructures et de bureaucratie (qui ralentit les échanges) plutôt que d’essayer de rejoindre la monnaie unique. Cependant, l’economist Martial Belingasays dit que l’objectif de 2020 poussent les économies Ouest africaines à remplir les critères, ce qui les encouragent à régler leur propres problèmes économiques par la même occasion. 

Marwin Ramos

VIEW ALL POSTS

Leave a reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *