En conversation avec Abayomi Akanji, un entrepreneur nigérian EdTech!

Abayomi Akanji est un entrepreneur nigérian passionné des technologies de l’éducation. R: Ed est allé le rencontrer chez Reimagine Education à Londres pour discuter d’une start-up qui agit dans le secteur de la technologie pour l’entreprenariat en Afrique qu’il a lancée à l’âge de 19 ans.

R: Ed: Pourriez-vous nous présenter brièvement ce que vous faites?

Je m’appelle Abayomi Akanji, je suis spécialiste des technologies éducatives. En Afrique les inégalités dans le secteur de l’éducation sont importantes. Mon but est de réduire cet écart. Au Nigéria, par exemple, environ 70% des étudiants échouent chaque année à l’examen d’admission à l’université. Le problème est que vous ne pouvez repasser l’examen que l’année suivante. Entre les deux, il faut alors continuer à étudier et à se préparer, et bien sûr, cela coûte souvent cher. Alors Pass.ng, ma startup, développe des solutions technologiques pour aider les étudiants à réussir l’examen. Je fais également du bénévolat pour LEAP Africa, qui se spécialise dans l’équipement des étudiants avec les compétences nécessaires pour en faire des agents de changement dans leurs communautés. LEAP Africa ne s’occupe pas seulement sur les étudiants, mais aussi des enseignants qui jouent le rôle de modèles.

R: Ed: Vous avez mentionné que vous avez lancé Pass.ng pour résoudre les problèmes liés à l’accès à l’enseignement supérieur. Comment avez-vous trouvé le processus de lancement de votre propre startup?

Mes amis et moi avons commencé Pass.ng nous étions à l’école, j’avais 19 ans et à l’époque nous étudiions l’informatique. La préparation aux examens d’entrée au collège a été très difficile, et nous voulions faire quelque chose pour changer cela. Le lancement de Pass.ng a été très difficile car nous devions aller en cours à l’école pendant la journée. La nuit je restais dans un bureau de conférencier et je codais. Une fois le programme lancé les gens pourraient se préparer aux examens sur notre plateforme. Le programme a vraiment commencé à grandir à partir du moment ou nous l’avons publié sur l’App Store, développé des applications de bureau et des applications mobiles… et maintenant nous connaissons la suite !

R: Ed: Votre histoire est fascinante ! Le but de Pass.ng est de combler le fossé entre l’école et l’enseignement supérieur, et fonctionne en plus du programme d’État conçu par le gouvernement. Selon vous, quelles sont les lacunes dans la structure du primaire, du collège et du lycée au Nigeria? Et comment pensez-vous que ces problèmes pourraient être résolus à l’avenir?

Je pense que le principal problème réside dans le fait que le système ne se sert pas correctement des technologies disponibles aujourd’hui. Pass.ng, par exemple, a aidé plus de 350 000 étudiants à se préparer aux examens, à obtenir d’excellents résultats et à être acceptés à l’université. Je ne pense pas que nous aurions pu obtenir ces résultats avec des méthodes traditionnelles, mais en utilisant la technologie, nos taux de réussite ont grimpé en flèche. Je crois que tirer parti de la technologie pourrait réduire l’écart d’inégalité dans l’éducation. Quelque chose comme un apprentissage personnalisé en ligne serait très utile. Les enseignants doivent également connaître et maîtriser ces outils pour pouvoir enseigner les compétences nécessaires. Le système éducatif devrait intégrer davantage de technologie dans son fonctionnement.

R: Ed: Pourriez-vous donner un exemple d’un type spécifique de technologie éducative que vous aimeriez voir appliquée dans l’enseignement primaire, moyen ou supérieur au Nigeria au cours des 10 prochaines années?

Dans les écoles nigérianes d’aujourd’hui, il est interdit d’utiliser des appareils mobiles en classe. En effet la technologie peut être une source de distraction. Au lieu de d’interdire totalement la technologie, je choisirais l’apprentissage automatique et l’intelligence artificielle qui prennent en charge l’apprentissage personnalisé. Cela permettrait à chacun d’apprendre à son rythme. Tous les élèves ne sont pas au même niveau de compréhension de ce qu’on leur enseigne en classe. Un apprentissage personnalisé permettrait aux élèves de progresser à leur propre rythme. Cela permettrait également aux enseignants de mieux comprendre les besoins spécifiques à chaque élève.

R: Ed: De nombreux lecteurs de Right for Education à un âge où ils sont intéressés par les startups et l’entrepreneuriat. Cependant l’entrepreneuriat n’est pas une chose facile, il peut y avoir des défis qui freinent cet esprit entrepreneurial. Vous avez vous-même mentionné que le début de votre n’était pas toujours facile. Quels conseils donneriez-vous à nos lecteurs qui ont eux aussi l’esprit entrepreneurial?

Je leur dirais que trouver et offrir des solutions est important. L’essentiel est de savoir comment aborder un problème réel. L’autre chose dont vous avez besoin est une équipe solide. L’équipe est cruciale car elle déterminera votre interaction avec votre public ainsi que le code que vous construisez. Une fois que vous aurez construit votre équipe vous pourrez concevoir votre produit. Au final la seule chose qui compte, c’est votre équipe. Assurez-vous aussi que ce que vous construisez résout un problème.

Marwin Ramos

VIEW ALL POSTS

Leave a reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *