Interview avec Kemiyondo Coutinho: écrivaine, réalisatrice, actrice

Kemiyondo Coutinho est une actrice très réputée, écrivaine, productrice et réalisatrice ougandaise. Elle joue depuis l’âge de 17 ans et a reçu de nombreux prix, dont OKAYAfrica100 Women of Africa et Forbes 30 ans. Son dernier projet, A Ka Dope, met en lumière de nouvelles voix dans la musique ougandaise. R:Ed a rencontré Kemiyondo au LSE Africa Summit à Londres.

R:Ed: Est-ce que vous pouvez nous donner une courte biographie de votre vie et de votre travail

Kemiyondo: Je me considère donc comme une entrepreneure. J’ai différents arts, différentes plateformes, j’écris, je réalise, je joue. J’ai également lancé une plateforme appelée A Ka Dope, qui est essentiellement une plateforme pour de nouveaux visages dans l’industrie de la musique.

R:Ed: Est-ce que vous pouvez nous donner une courte biographie de votre vie et de votre travail

Kemiyondo: Je me considère donc comme une entrepreneure. J’ai différents arts, différentes plateformes, j’écris, je réalise, je joue. J’ai également lancé une plateforme appelée A Ka Dope, qui est essentiellement une plateforme pour de nouveaux visages dans l’industrie de la musique.

R:Ed: Votre premier spectacle était un one-woman show. Pourquoi avez-vous décidé de travailler seule? Comment cela a-t-il agit sur vos idées de représentation?

Kemiyondo: Non, en fait, je suis tombée dedans. J’avais vu quelqu’un faire un spectacle et c’était la chose qui se rapprochait le plus de la magie que j’avais jamais vu —d’avoir vu quelqu’un se transformer en toutes ces personnes différentes et c’était donc une aventure artistique purement égoïste. Et puis, je voulais que ce soit une histoire africaine et j’ai réalisé qu’il n’y avait aucun show sur les femmes africaines par une femme. Et alors, je me suis dit que je devais simplement l’écrire, alors moi, et si naïvement, je l’ai fait. Maintenant, rétrospectivement, je le regarde. Et je pense que c’était la genèse de vouloir donner différentes plateformes à différentes histoires parce que je devais physiquement incarner ces différentes vies et différentes femmes. Je crois donc en la nécessité de continuer à raconter ces histoires.

R:Ed: Ton art peut être décrit comme très multiforme. Voyez-vous plusieurs angles en vous que vous voulez exposer?

Kemiyondo: Je pense qu’être actrice vous rend multiforme parce que vous devez comprendre les choses du point de vue d’une autre personne, et parce que si vous jouez un méchant, vous ne pouvez pas jouer ce méchant comme méchant, vous devez le jouer en tant que héros. Vous savez, c’est pourquoi les gens ont tellement aimé Black Panther avec ce méchant qui nous a fait comprendre le personnage. Donc, je pense que ce genre de formation, qui consiste à comprendre pourquoi les gens font ce qu’ils font et leur justification, me permet d’avoir de multiples facettes.

R:Ed: Vous dites que vous n’aimez pas les gens qui disent que vous donnez la parole aux sans voix. Pourriez-vous développer un peu là-dessus?

Kemiyondo: Je pense que beaucoup de gens qui disent que je donne la parole aux sans-voix essaient juste de cacher le privilège, et je pense qu’ils le font de manière à se sentir mieux : « oh, je fais le pont entre ces gens-là. » Je pense que ces personnes n’ont pas besoin de voix, elles ont besoin d’oreilles. Tout ce que vous pouvez faire est de changer les oreilles que la voix atteint. Ainsi, au lieu de dire «je vais vous raconter une histoire parce que je le peux», réalisez une œuvre d’art qui permettra à cette personne de raconter son histoire et de la recevoir. Donc même avec A Ka Dope, je ne chante pas, je n’ai aucune formation musicale, mais cela ressort du fait que je vois des artistes talentueux mais qui n’ont pas de plateforme, à moins que vous ne soyez un artiste de premier plan. Et j’ai pensé qu’aucun nouveau visage n’avait besoin d’être entendu et que je ne raconte pas leur histoire, c’est eux qui le font. Je pense que les gens doivent simplement créer plus de plateformes, sinon vous devenez votre propre barrière, vous devenez votre propre gardien.

R:Ed: En termes d’indépendance artistique et de financement, que souhaiteriez-vous que les gens sachent avant de demander des subventions?

Kemiyondo: Je pense que l’argent n’est jamais gratuit. Tout a un agenda. Et c’est pas grave, mais assurez-vous simplement de connaître l’ordre du jour. Veillez à ce que cela corresponde au vôtre ou soyez disposé à faire des compromis, mais sachez-le dès le début. Ne soyez pas aveugle, car il y a certaines histoires que je pourrais raconter avec cette subvention, et certaines que je ne pourrais pas. Et je pense que connaître la différence et faire des recherches sur ce que ces organisations ont financé avant vous vous donnera déjà un aperçu.

R:Ed: Vous prétendez que tout art est politique. Que voulez-vous dire par là?

Kemiyondo: Je pense que tout ce qui modifie le statu quo est un acte politique. J’ai lu cette citation à propos de l’amour propre, et que c’est l’acte le plus rebel que vous puissiez commettre dans une société qui tourne un profit grâce à vos insécurités. Et j’ai trouvé cela fantastique, car ce n’est pas une manifestation, mais c’est un acte politique que de dire: je ne suis pas taille 36 et je veux m’aimer quand même, vous bouleversez ce que les gens vous disent de croire. Je pense donc que le travail de l’artiste est de faire en sorte que les gens remettent en question et revoient la vie, et réapprennent et désapprennent, et je pense que cela est en soi un acte politique.

R:Ed: Selon vous, quel rôle l’art jouera-t-il dans le développement de l’Afrique sur la scène mondiale au cours des dix prochaines années?

Kemiyondo: Je pense que le leader est la musique. Je pense que la musique est l’art le plus puissant parce qu’il est si facile à consommer. Vous n’avez pas vraiment besoin de comprendre la langue, elle vous frappe, j’ai l’impression que c’est instantané. Tout le monde aime la musique. Ensuite il y a le cinéma, je pense, parce que les gens aiment les histoires. Et donc je pense que si nous pouvons exploiter cela pour raconter nos vieilles histoires. Ce que nous aurons alors, c’est que ces entreprises qui ont l’argent viendront nous permettre de raconter nos histoires, au lieu de se tourner vers Hollywood.

R:Ed: Vous parlez beaucoup de femmes dans vos histoires. Qu’est-ce qui vous a décidé à vous concentrer sur eux?

Kemiyondo: Donc, en fait, je n’essayais pas de faire cela lors de mon one woman show. J’interviewais des femmes, parce que je savais que j’allais principalement jouer des femmes. J’ai ensuite appris que tous les problèmes étaient liés au fait d’être une femme. Le VIH, par exemple, est directement lié au fait d’être une femme. Elle ne va pas à l’école, elle est directement liée à l’inégalité entre les sexes, elle est battue. C’était la première fois que je comprenais le rôle que joue l’égalité des sexes, et je pense que depuis, j’ai toujours voulu parler de cet objectif.

R:Ed: Te considèrerais-tu comme une activiste, une artiste ou quelque chose entre les deux?

Kemiyondo: J’avais l’habitude de dire que j’étais activiste mais je ne le dis plus, parce que j’ai l’impression que l’activisme est tellement plus que ce que je fais, je me sens comme une fraude. Je pense que l’art peut être une forme d’activisme, mais je ne pense pas avoir atteint ce niveau encore. Les gens se réfèrent parfois à moi comme cela mais je ne le dis pas moi-même parce que j’ai le sentiment que cela amoindrit les activistes que je connais et que je respecte.

R:Ed: Quels sont vos espoirs pour l’avenir, dans l’art ou en Afrique?

Kemiyondo: J’espère que nous allons commencer à investir dans notre propre art. Donc, comme je le disais, je peux trouver ce film, dans mon propre pays, que je ne serai pas obligé de quitter. J’espère que dans 20 ans, quelqu’un n’aura pas à quitter le pays pour gagner de l’argent en tant qu’artiste. La façon dont j’ai dû le faire, le choix d’être artiste ou de vivre à la maison et j’ai l’impression que ce sont deux choses très difficiles à séparer. Et j’espère qu’un jour que quelqu’un fera les deux.

Marwin Ramos

VIEW ALL POSTS

Leave a reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *