Le droit de manifester: le cas du Nigeria

La manifestation est un droit de l’homme fondamental. C’est le moyen par lequel les gens
peuvent exprimer leurs avis pour inspirer un changement social positif. Au Nigeria, le droit
de manifester est protégé par les articles 38, 39, 40 et 41 de la Constitution.

Qu’est-ce que End SARS ?

End SARS est une série de manifestations de masse pacifiques, sans tensions ethno-
religieuses, contre la violence policière et la corruption au Nigeria. Des jeunes Nigériens ont
manifesté dans tout le pays contre une unité de police appelée Special Anti-Robbery
Squad (SARS) (une unité spéciale antivol) chargée de lutter contre les crimes violents
mais connue pour sa brutalité et ses abus de pouvoir. Éventuellement, les manifestations
contre SARS sont devenues un appel plus large à une gouvernance améliorée. Ce
mouvement social a commencé en 2017 et sa renaissance internationale a été constatée en
2020. #EndSARS s’est largement fait connaître grâce à Twitter, comme 28 millions de
tweets portent le hashtag. Le mouvement a rapidement attiré l’attention du monde puisque
les Nigériens de la diaspora ont manifesté partout dans le monde en solidarité avec les
Nigériens.

Qui a été principalement visé par les agents du SARS ?

Le groupe qui a été le plus visé par les abus des agents du SARS est celui des jeunes

hommes nigériens. Les agents du SARS font le profil principalement des jeunes hommes
nigériens à cause de leurs choix de mode et leurs tatouages. Les agents du SARS ont été
tristement célèbres pour dresser des barrages routiers illégaux, effectuer des fouilles
injustifiées et détenir illégalement les Nigériens. Des vidéos sur les réseaux sociaux
témoignent de leurs actions illégales.

Le massacre à Lekki

Le mouvement "End SARS; a pris un tournant décisif quand les soldats nigériens ont tiré sur
des milliers de manifestants au poste de péage de Lekki, à Lagos, le 20 Octobre 2020.
Selon Amnistie Internationale, des centaines de personnes ont été gravement blessées et
120 civils ont été tués.

Les conséquences des manifestations

À la suite de la fusillade de Lekki beaucoup de personnes s'inquiètent de parler de ce qu’ils
ont vu car elles ont peur d’être ciblées de façon disproportionnée. Surtout, les Nigériens
homosexuels sont confrontés à des préjugés homophobes, en particulier de la part de leur
communauté, après avoir souligné leur sexualité pendant les manifestations End SARS. Les
lieux sûrs provisoires ont été créés pour les personnes homosexuelles qui ont besoin d’un
abri en conséquence des violences qu’elles ont subies à cause de leurs préférences
sexuelles. Les personnes derrière cette initiative s’appellent ‘Mathew Blaise, Adaeze
Feyiasayo, Temmie Ovwasa, et Tobu Afolabi’.

Conclusion

En fin de compte, l’objectif des manifestations contre SARS était de mettre en lumière les
violations des droits de l’homme commises par la police. Malheureusement, la police
continue d’arrêter des Nigériens sans distinction et de les soumettre à des traitements
inhumains. Même si SARS a été dissous pour la cinquième fois depuis 2015, la violence
policière n’a pas cessé. Les Nigériens doivent se battre pour leurs droits, même s’ils doivent
risquer leur vie.

Madeleine Nash

VIEW ALL POSTS

Leave a reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *