Les Femmes Et La Guerre: Que Fait-on Pour Donner Plus De Pouvoir Aux Jeunes Femmes Et Aux Jeunes Filles?

Introduction

 

L’année 2020 a été une année historique pour les femmes et la paix. Elle a commémoré le 20e anniversaire de la résolution 1325 du Conseil de sécurité des Nations unies (CSNU), qui a établi l’Agenda pour les femmes, la paix et la sécurité (FPS). C’était la dernière année de la Décennie de la femme africaine, qui visait à faire progresser l’égalité des sexes par la participation de la base. L’année 2020 a également été l’année où la COVID-19 s’est répandue dans le monde entier. En ce début d’année 2021, nous devons évaluer les effets du virus sur les femmes et la paix en Afrique afin de garantir le maintien des progrès réalisés jusqu’à présent.

 

Comment est-ce que la pandémie COVID-19 a affecté les femmes et la paix en Afrique ?

 

La pandémie COVID-19 est devenue plus qu’une crise sanitaire, elle est devenue une crise socio-économique – avec un impact disproportionné sur les femmes. Elle a montré à quel point la gouvernance, le genre et la paix sont étroitement liés.

 

Le secrétariat du Mécanisme africain d’évaluation par les pairs a réalisé un rapport sur la réponse de l’Afrique à la COVID-19. Ce rapport considère l’inclusion des femmes dans la gouvernance et la lutte contre la violence sexuelle et sexiste (VSS) comme des conditions nécessaires pour enrayer la pandémie (1). L’augmentation de la VSS due aux blocages est une menace pour le leadership, l’égalité et l’autonomisation des femmes (2).

 

Le Conseil de paix et de sécurité de l’UA a reconnu que la pandémie constitue une menace pour la sécurité, car elle entrave la poursuite des efforts de médiation dans les conflits en cours (2). En même temps, les effets socio-économiques de la COVID-19 pourraient entraîner aux nouveaux conflits sur le continent, et par conséquent un préjudice supplémentaire aux jeunes femmes et aux filles. La pandémie pourrait également éroder les progrès réalisés au cours des 20 dernières années dans la mise en œuvre de l’Agenda FPS (3).

 

Comment est-ce que les progrès réalisés par les femmes pourraient être maintenus ?

 

En novembre 2020, Le Forum africain sur la FPS a donné lieu à des consultations sur le programme FPS en Afrique et a identifié des actions pour renforcer le leadership des femmes dans la paix et la sécurité dans le contexte de la pandémie (3).

Shuvai Nyoni, directeur exécutif du « African Leadership Centre » à Nairobi, a utilisé des exemples de la République démocratique du Congo et du Sénégal pour recommander des moyens de faire face à l’augmentation des VSBG. Par exemple, en donnant la priorité à l’éducation, au soutien des survivants et aux cadres juridiques pour traiter la violence sexuelle et sexiste de manière durable (4).

 

Karabo Mokgonyana, ambassadeur de paix de la jeunesse de l’Union africaine, a souligné l’importance de l’action des jeunes par le biais des médias. Elle a mis l’accent sur la sensibilisation et le renforcement des capacités des jeunes par le biais de campagnes et de programmes de défense des droits – tant hors ligne qu’en ligne (4). Compte tenu de la pandémie, il est particulièrement important d’utiliser la technologie pour maintenir l’engagement des jeunes femmes et les informer sur les possibilités de jouer un rôle de premier plan dans les processus de paix.  

 

Conclusion

 

La COVID-19 pose un défi à l’autonomisation des femmes et menace de faire reculer les progrès, en particulier dans la mise en œuvre de l’Agenda FPS. Cependant, le Forum Africain sur la FPS a maintenu la conversation en ces temps difficiles. Les organisations de femmes s’opposent à l’augmentation des VSBG et à l’utilisation de la COVID-19 comme excuse pour priver les programmes pour des femmes (2). Les femmes africaines mènent la lutte pour l’égalité et la paix ; elles créent des solutions pour les femmes africaines, par les femmes africaines – et refusent de laisser la pandémie annuler leurs réalisations.

RIOGHNACH THEAKSTON

VIEW ALL POSTS

Leave a reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *