En conversation avec le Dr. Markus Thill, le président de Bosch Africa

Le Dr Markus Thill est le président de Bosch Africa et est responsable des activités du groupe en Afrique depuis 2014. Right for Education s’est entretenu avec lui pour parler de l’engagement de Bosch en Afrique, des possibilités d’emploi en Afrique et du travail de Bosch pour améliorer la qualité de vie en Afrique.

Comment Bosch s’est-il installé en Afrique ?

Bosch a commencé à faire des affaires en Afrique en 1906. En 1965, Bosch a créé la première filiale commerciale de l’entreprise à Johannesburg, en Afrique du Sud. Depuis lors, Bosch a étendu sa présence en Afrique, avec aujourd’hui des bureaux, des sites de production, des ateliers et des entrepôts dans 13 pays du continent. Bosch souhaite être présent de manière plus significative là où son activité est active. Aujourd’hui, les quatre secteurs d’activité de Bosch, à savoir les solutions de mobilité, la technologie industrielle, les biens de consommation et l’énergie et la technologie du bâtiment, sont tous présents en Afrique. La clé de notre succès en Afrique est que nous considérons l’Afrique dans son ensemble, et que nous n’avons pas tendance à diviser le continent en régions comme l’Afrique subsaharienne, l’Afrique du Nord, etc.

Bosch Africa est impliqué dans l’amélioration de l’ensemble des activités de l’Afrique. Avez-vous un exemple qui pourrait témoigner de cette action ?

Nous avons créé de nombreux programmes visant à améliorer les compétences des Africains. Chaque année, de jeunes talents africains sont sélectionnés et reçoivent une formation en gestion en Allemagne, ce qui favorise une compréhension culturelle de l’approche de Bosch en Afrique. Ces échanges sont une pierre angulaire précieuse de leur future carrière puisqu’ils deviennent les ambassadeurs de Bosch pour l’Afrique. Néanmoins, les avantages sont mutuels puisque ces jeunes cadres fournissent des informations essentielles sur les pratiques commerciales et les marchés en Afrique, ce qui a sans aucun doute aidé Bosch à surmonter certains stéréotypes du continent.

Je dois admettre que je suis étonné par l’esprit d’entreprise de nombreux Africains et c’est quelque chose que j’encourage. Les infrastructures de mauvaise qualité ont donné naissance à une industrie naissante et dynamique qui a identifié les problèmes en Afrique d’un point de vue africain. Ils ont clairement indiqué que l’esprit d’entreprise est un moyen de contourner certains problèmes. L’année dernière, le concours de mobilité de Bosch Africa a recherché des start-ups africaines de mobilité intelligente qui résolvent les problèmes de mobilité en Afrique. Nous avons décerné aux gagnants un prix en espèces et une possibilité de participer à un programme accélérateur de Bosch, ce qui a stimulé le travail des gagnants et a pris la forme d’un éventuel partenariat.

Y a-t-il d’autres engagements de Bosch en Afrique ?

Bosch joue un rôle de pionnier dans l’action en faveur du climat. Notre objectif est de nous débarrasser de toute la pollution et de remplacer les vieux véhicules par des véhicules neufs, ce qui permettra de réduire les émissions en Afrique.

Je sens que vous voulez me poser des questions sur les voitures électriques. Laissez-moi vous dire qu’il est très difficile de développer le marché de la voiture électrique en Afrique en raison du climat et de l’humidité qui y règnent, en particulier en Afrique de l’Ouest, et des défis posés par l’infrastructure électrique. Bosch a toujours essayé de trouver la meilleure façon de servir les intérêts du continent africain. Par exemple, nous avons ouvert une nouvelle succursale de vente et de marketing à Accra, au Ghana. Bosch voit un potentiel de croissance à long terme au Ghana. Notre présence à Accra augmentera notre empreinte en Afrique et nous permettra de continuer à promouvoir les jeunes talents en Afrique subsaharienne.

Quels sont les principaux enjeux en Afrique, selon vous ?

Je dirais sans aucun doute les transports et la bureaucratie. Le transport terrestre est un énorme problème, mais le transport maritime prend aussi énormément de temps (jusqu’à 2 ou 3 mois, dédouanement compris) pour envoyer ou recevoir quelque chose d’un port ou d’un havre avec l’Europe. La bureaucratie est également un exercice très fastidieux et inefficace.
Quelle est l’influence de Bosch pour que ces questions soient résolues ou au moins discutées ?
Nous travaillons sur ces questions avec les gouvernements et de nombreuses autres institutions telles que les chambres de commerce allemandes en Afrique, mais l’Afrique est un continent complexe et cela prendra un certain temps. Nous travaillons également avec l’OCDE pour rendre la bureaucratie plus efficace. Les progrès sont là, mais ils sont lents. Nous devons travailler tous ensemble, et par « nous » j’entends les acteurs européens. L’Europe a beaucoup de choses en commun avec l’Afrique, comme les langues clés (l’anglais et le français). Dans la réalité actuelle, l’Europe est le continent le plus proche de l’Afrique, c’est pourquoi l’UE doit prendre des mesures pour favoriser l’expansion de l’Afrique et un plus haut degré d’autosuffisance. En organisant le Forum des affaires UE-UA, il est évident que de nombreux gouvernements africains souhaitent participer à l’événement, ce qui est certainement un pas dans la bonne direction ! Si nous partageons tous une vision commune, nous pouvons faire la différence.

Marwin Ramos

VIEW ALL POSTS

Leave a reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *