L’Impact de l’Instabilité Politique sur les Droits de l’Homme

Les gouvernements ont de nombreux moyens de protéger les droits de l’homme. La Charte africaine des droits de l’homme et des peuples est un moyen de protéger ces droits. Le Zimbabwe, ainsi que 52 autres pays africains, ont signé la Charte. La charte stipule que «tout être humain a droit au respect de sa vie et à l’intégrité de sa personne. Nul ne peut être privé arbitrairement de ce droit.» Cela signifie que le fait de blesser ou de tuer une personne constitue une violation de ses droits fondamentaux. Malgré cela, les militaires ont eu recours à la violence contre les manifestants. C’est une violation de la charte africaine et une violation des droits de l’homme, car l’intégrité de leurs personnes a été compromise.

QUE SE PASSE-T-IL AU ZIMBABWE?

Après les 37 années de règne de Robert Mugabe, Emmerson Mnangagwa est devenu président du Zimbabwe le 26 août 2018. Depuis lors, il s’est engagé à mettre en place un gouvernement ouvert et un programme visant à stabiliser l’économie en difficulté et à stimuler les investissements étrangers. Récemment, la hausse des prix des produits de première nécessité tels que le carburant, le riz et le sucre et l’inflation sous-jacente élevée ont provoqué des manifestations de rue.

Il y a eu beaucoup de violence contre les manifestants. Des centaines de personnes ont été arrêtées et beaucoup sont détenues sans raison. Être détenu sans raison est une violation des droits de l’homme. Le président s’est dit «consterné» par la violence et a ordonné l’arrestation des fonctionnaires impliqués. Les troubles sont toujours en cours.

PRECEDENT HISTORIQUE

Dans l’histoire du monde, des troubles politiques tels que celui du Zimbabwe entraînent souvent des violences à l’encontre des citoyens. La violence à l’encontre des citoyens est une violation des droits de l’homme. Il existe de nombreux exemples de troubles politiques qui ont conduit à cela. Notamment, la rébellion touareg au Mali, la crise au Kenya en 2007 et 2008 et les troubles récents en Libye. Dans ces exemples, un nombre considérable de personnes ont subi une violence extrême et beaucoup sont décédées.

POURQUOI LES DROITS DE L’HOMME SONT-ILS MENACÉS PAR L’INSTABILITÉ POLITIQUE ?

C’est en période de tension politique que les droits de l’homme sont les plus menacés. En effet, pendant les troubles politiques, le gouvernement n’est pas aussi fort que d’habitude. Si le gouvernement n’est pas fort, la protection des droits de l’homme peut aussi être faible. La plupart des personnes à risque sont des groupes minoritaires au sein d’une société. Ceux-ci peuvent être les manifestants eux-mêmes, comme au Zimbabwe, ou une minorité ethnique ou sociale, comme lors de la crise au Kenya.

CONCLUSION

L’instabilité politique ne signifie pas que les droits de l’homme doivent être violés. Il ne devrait y avoir aucune excuse pour la violation des droits. Malgré cela, le Pacte international relatif aux droits civils et politiques reconnaît que la protection des droits de l’homme peut être limitée en cas d’urgence publique. Cependant, le droit à la vie et le droit à un procès équitable ne peuvent être limités, entre autres. Les troubles politiques peuvent même entraîner des changements positifs à plus long terme. En effet, c’est souvent un bon catalyseur pour une société meilleure et plus juste. Cependant, de grands bouleversements politiques peuvent mener à de terribles souffrances de masse. Chacun devrait pouvoir jouir des droits fondamentaux qui lui sont reconnus dans la Charte africaine.

CASSANDRA SOMERS-JOCE

VIEW ALL POSTS

Leave a reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *