Qu’est-ce que la biodiversité ?

La biodiversité est définie comme la variété de la vie végétale et animale dans le monde ou un habitat particulier. L’Afrique est très riche en biodiversité. Elle contient un quart de la biodiversité de la planète entière.

POURQUOI LA BIODIVERSITÉ EST-ELLE IMPORTANTE ?

Un niveau élevé de biodiversité présente des avantages biologiques et sociaux. Un plus grand nombre d’espèces de plantes permet une plus grande variété dans les cultures. Cela rend les réserves alimentaires plus résistantes aux catastrophes naturelles ou aux nouveaux défis tels que le changement climatique. Il y a également plus de chances de faire de nouvelles découvertes médicales. La biodiversité est également importante pour l’économie. Dans des pays comme Madagascar, la subsistance de nombreuses personnes dépend de l’écotourisme. Les visiteurs viennent dans des endroits comme Madagascar pour voir l’environnement naturel et cela signifie qu’ils dépensent de l’argent dans la région.

POURQUOI LA BIODIVERSITÉ EST-ELLE MENACÉE ?

Les plantes et les animaux d’Afrique sont menacés par de nombreuses sources. Un exemple est la déforestation, où le fait de couper des arbres pour le bois de chauffage ou pour agrandir les terres agricoles détruit les plantes et les animaux. 4 % des forêts de Madagascar ont disparu en 2016. La surpêche et l’exploitation de la faune menacent également la biodiversité.

Le plus grand danger pour la biodiversité à long terme est le changement climatique. De nombreuses études prédisent d’importantes pertes de biodiversité si les températures mondiales augmentent de 2 degrés Celsius. La fonte de la glace de mer signifie la perte d’un habitat important. Les changements climatiques rendent également les sécheresses plus probables et provoquent une augmentation des températures de la mer. De nombreuses espèces ne seront pas en mesure de s’adapter aux changements soudains de l’environnement. On estime que d’ici la fin du siècle, plus de 50 % des espèces d’oiseaux et de mammifères d’Afrique pourraient disparaître. Le réchauffement des mers pourrait mettre en danger la vie marine plus tôt. Des millions de personnes dépendent de l’océan pour leur alimentation et leurs revenus.

QUE FAIT-ON ?

Heureusement, le monde est de plus en plus conscient de ce problème. Des réunions mondiales de chefs de gouvernement se tiennent pour élaborer des stratégies de protection de la biodiversité. Les programmes de reproduction et la réduction de la déforestation sont des exemples de mesures de protection. Ces stratégies tentent souvent de générer des revenus à partir de la biodiversité, par exemple par le biais du tourisme. Cela peut contribuer à améliorer l’économie locale ainsi qu’à préserver la biodiversité.

De nombreux pays africains ont maintenant commencé à protéger la biodiversité. En 2016, le Kenya a lancé un programme quinquennal visant à inclure la conservation de la biodiversité dans sa planification en matière de changement climatique. Ils ont proposé des solutions telles que des banques de semences et des pépinières d’arbres. Les banques de semences stockent les graines dans un environnement sécurisé pendant de nombreuses années afin qu’elles puissent être replantées à l’avenir. Ces solutions permettraient de protéger les espèces végétales pour les générations futures.

Les projets visant à maintenir la biodiversité font partie des plans de développement de l’Afrique du Sud. Les zones marines protégées s’élargissent.  Ils prévoient également d’augmenter la taille des parcs nationaux et des réserves naturelles. On espère ainsi attirer les touristes dans de nouvelles zones. Il est important de noter que les entreprises s’intéressent de plus en plus à ces stratégies. Des organisations telles que la Responsible Fisheries Alliance apportent leur aide. En 2017, elles ont dispensé une formation à la pêche responsable à 1 400 personnes du secteur. Cela contribue à réduire la surpêche et à protéger la vie marine.

De nombreux autres projets mondiaux sont en place pour maintenir la biodiversité. Bien qu’il y ait encore des problèmes, on peut espérer que ces projets protégeront les plantes et les animaux africains pendant de nombreuses générations.

GEORGINA MILES

VIEW ALL POSTS

Leave a reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *