Les appuie-têtes faites pour protéger les coiffures des personnes lubas importantes

Les Lubas et leur histoire socio-économique

Les gens lubas habitent dans le sud-est de ce qu’on appelle aujourd’hui la République Démocratique du Congo. Cette région est connue historiquement pour être prospère grâce aux routes commerciales complexes qui y entraient. Le commerce élaboré dans la région a commencé dans le XVIIe siècle.

L’exposition aux gens différents a encouragé les Lubas à interagir avec des objets et des gens d’autres cultures. De plus, leur emplacement est devenu par conséquent un endroit important. Plusieurs individus sont devenus assez riches en profitant de ces interactions. On a aussi créé une structure étatique complexe (la façon dont on régissait la région). Cette structure étatique se basait sur deux idées principales. La première était comme le droit divin (un roi a été choisi par un dieu ou plusieurs dieux), et la deuxième idée était l’autorité d’un conseil de gens intelligents qui décidait ensemble quoi faire pour le mieux. Ce système gouvernemental a rendu la région des Lubas encore plus importante et a attiré encore plus de prospérité.

L’appuie-tête

Beaucoup de gens de l’élite riche dans la communauté luba commandaient (faisaient faire) des œuvres d’art, par exemple une appuie-tête en bois sculpté. On a conçu ces appuie-têtes pour protéger la coiffure magnifique de son propriétaire. Il y en a une de très spécial actuellement installé dans le Metropolitan Museum of Art à New York.

L’apparence de l’appuie-tête

L’appuie-tête est en bois. La place où la personne devait mettre la tête est liée à la base par une sculpture en bois d’une femme qui est tournée vers l’extérieur de telle façon que son visage entier est visible. La sculpture a elle aussi une coiffure très élaborée. Cette coiffure est sculptée pour que le propriétaire repose sa tête sur cette “coiffure”. C’est ainsi la coiffure de la sculpture qui protège celle du propriétaire. Le style de cette appuie-tête est spécial parce qu’on croit qu’il y a moins de 20 œuvres d’art qu’a faites son artiste. Les décisions stylistiques de l’artiste (en ce qui concerne l’apparence de cette œvre) réalisent une célébration de l’artisanat et de la culture. Ces appuie-têtes étaient fonctionnelles et représentaient une exploration de la pertinence des coiffures en tant que signes du statut social.

Marwin Ramos

VIEW ALL POSTS

Leave a reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *