Qu’est-ce que les pays africains ont fait pour arrêter la propagation du coronavirus?

QU’EST-CE QU’ON MET EN PLACE POUR ARRÊTER LA PROPAGATION DU CORONAVIRUS ?

De nombreuses mesures sont mises en place pour arrêter la propagation du coronavirus. Les gouvernements et les organismes de santé encouragent la «distanciation sociale» ou la «distanciation physique». La distance physique implique de rester à 2 mètres des autres personnes. En effet, le coronavirus peut se propager par contact proche. Nous avons écrit un article sur la distanciation physique.

Partout dans le monde, les gouvernements ont fermé des magasins, des restaurants, des gymnases, des cafés, et d’autres endroits où les gens sont en contact proche, pour encourager la distanciation sociale. De nombreux événements publics ont également été interdits, comme le Next Einstein Forum à Nairobi et le African CEO Forum à Abidjan.

Également, les gouvernements du monde entier maintenant mettent en œuvre un «état d’urgence», ce qui implique la fermeture de tous les services non essentiels, la réduction des transports publics, l’encouragement des gens à télétravailler et la demande que les gens limitent le temps qu’ils passent hors de leur maison. Les états d’urgence n’ont pas de calendrier fixé – ils peuvent continuer aussi longtemps que le gouvernement les juge nécessaires. Les états d’urgence peuvent faire référence à des quarantaines obligatoires (quand il faut le faire) dans certaines zones à des recommandations non obligatoires (il est recommandé de le faire, mais pas obligatoire) de rester à la maison, de fermetures de certains types d’entreprises ou d’interdictions événements et rassemblements. Les décisions concernant le début et la fin des blocages sont des décisions très difficiles à prendre.

QU’EST-CE QUE LES PAYS AFRICAINS FONT ?

Restrictions de voyage

Plusieurs pays africains ont mis en place des restrictions de voyage au début de l’épidémie pour tenter de prévenir la propagation du nouveau coronavirus. Il s’agit notamment de l’Afrique du Sud, du Botswana, du Zimbabwe, de l’Angola, du Cameroun, du Ghana et d’autres. C’était pour garantir que les personnes infectées par le nouveau coronavirus ne puissent pas entrer dans le pays et le transmettre à d’autres personnes.

Interdire les grands rassemblements

Certains gouvernements interdisent les grands rassemblements publics. Les rassemblements de plus de 50 personnes seront interdits et les bars, discothèques, gymnases et piscines seront fermés. Cela a lieu dans des villes du Nigéria, du Kenya et d’ailleurs. Cela a lieu depuis la mi-mars. À cette époque, l’Ouganda a également interdit les mariages et les rassemblements religieux.

L’interdiction des rassemblements religieux peut sembler très cruelle, mais en Corée du Sud, les autorités ont retrouvé une femme qui avait infecté 37 personnes dans son église avec le nouveau coronavirus. Elle est maintenant connue comme une «super-épandeuse». Ces 37 personnes ont continué à infecter beaucoup d’autres personnes elles-mêmes. Certains de ceux qui ont été infectés sont décédés. La Corée du Sud a ensuite vu une hausse du nombre de nouveaux cas de coronavirus. Etant donné que les rassemblements religieux sont généralement très importants, ils sont un excellent moyen pour le virus de se propager. C’est la raison pourquoi l’interdiction des grands rassemblements, en particulier les rassemblements religieux, est importante. Les communautés religieuses du monde entier se sont connectées en ligne et ont trouvé des moyens de vénérer à la maison.

Les états d’urgence

Par exemple, le 26 mars, l’Afrique du Sud est entrée en état d’urgence pendant 21 jours, pour commencer. L’Afrique du Sud compte la quantité la plus grande de cas de coronavirus parmi tous les pays africains. Cet état d’urgence a récemment été prolongé jusqu’à fin avril. Pendant cet état d’urgence, la plupart des industries sud-africaines sont fermées, sauf des services essentiels. Ces services essentiels comprennent les services de l’alimentation et de la distribution, des télécommunications et de l’électricité ainsi que de la sûreté et de la sécurité. Les Sud-Africains sont restés à la maison et ont évité tout contact physique pendant l’état d’urgence. La Force de défense nationale sud-africaine a également été déployée pour aider les services de police sud-africains pendant l’état d’urgence.

À la mi-mars, des mesures de confinement ont été mises en place à Lagos, au Nigéria, qui est la plus grande ville d’Afrique. On a également interdit les rassemblements publics de plus de 50 personnes et on a fermé les écoles. L’état d’urgence devait terminer le lundi 27 avril, mais l’Association médicale nigériane a conseillé au gouvernement fédéral de prolonger l’état d’urgence à nouveau. Ils croient que l’extension de l’état d’urgence aiderait à contenir la propagation du nouveau coronavirus et donc à sauver des vies, car le nombre de cas à Lagos augmente rapidement chaque jour, même avec des mesures de confinement en place.

Nous allons bientôt rédiger des études de cas sur des pays et des villes africains spécifiques.

RAPPEL

Il est important de suivre les règles et les conseils donnés par les gouvernements et les organismes de santé. Les gouvernements et les organismes de santé essaient de réduire la propagation du coronavirus. Le respect de ces règles contribuera à la sauvegarde de beaucoup de vies.

Marwin Ramos

VIEW ALL POSTS

Leave a reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *