L’impact des technologies numériques sur les revenus des entreprises

QUEL EST LE PROBLÈME ACTUEL EN AFRIQUE?

L’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture a estimé que la population mondiale atteindrait 9,1 milliards d’habitants d’ici 2050. Cela signifie que la production alimentaire doit plus que doubler pour faire face à une demande accrue. En particulier pour l’Afrique, qui devrait compter environ 2 milliards d’habitants, il est essentiel d’optimiser au maximum la productivité agricole (la production de l’industrie agricole).
Plus la population augmente, plus le rendement agricole est faible. Cela arrive souvent à cause du changement climatique et du phénomène de migration vers les villes qui réduit la main d’oeuvre jeune capable de travailler dans les champs. Malheureusement, nombreuses mesures mises en place par les gouvernements africains sont insuffisantes. Un changement plus radical est nécessaire afin de que garantir l’approvisionnement alimentaire local. La majorité des communautés rurales utilisent encore d’anciens outils agricoles tels que la houe et le coutela. Pendant ce temps, les agriculteurs qui essaient de se moderniser sont bloqués à par des barrières financières.

COMMENT L’INVESTISSEMENT ET L’INTRODUCTION DE LA TECHNOLOGIE NUMÉRIQUE ONT-ILS FAIT PARTIE DE LA SOLUTION?

Les entrepreneurs africains essaient de comprendre comment travaillent les fermiers afin de développer des solutions destinées à les aider à augmenter le rendement agricole. Une fois le problème de financement résolu, le continent entier pourra contribuer à la production de nourriture et créer des emplois. D’autres technologies digitales ont été importée en Afrique comme les satellites, les drones, le outils de prévision météorologique et autres détecteurs. Des systèmes automatisés ont également été installés afin de fournir aux fermiers des informations à propos de l’évolution du climat à partir d’analyses des sols. Cela aide également les agriculteurs à utiliser les bons engrais et pesticides, ainsi que d’ajuster la fréquence d’irrigation de leurs champs. Parmi les autres technologies disponibles, citons les dispositifs d’irrigation goutte à goutte qui permettent à quelques gouttelettes d’eau d’irriguer en permanence les cultures en utilisant l’énergie solaire pour alimenter l’ensemble du système. Cela réduit les pertes en eau lors de l’irrigation régulière, protégeant ainsi une ressource naturelle rare.

QUE RÉSERVE L’AVENIR

Ces technologies et beaucoup d’autres deviennent de plus en plus accessibles aux agriculteurs africains et ont confirmé l’augmentation de la productivité. De plus, de grandes entreprises mondiales tentent de faire progresser la numérisation de l’agriculture africaine en lançant des systèmes de paiement, des plateformes de crédit et une assurance numérique. Celles-ci permettent aux agriculteurs de mieux gérer leurs revenus, d’améliorer leur niveau de vie et celui de leur famille. Bien que les différences linguistiques et l’utilisation d’anciennes méthodes de production restent un obstacle à surmonter, les choses s’annoncent positives et l’Afrique évolue dans une direction progressive et écologiquement durable.

L’impact des technologies numériques sur les revenus des entreprises

QUEL EST LE PROBLÈME ACTUEL EN AFRIQUE?

L’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture a estimé que la population mondiale atteindrait 9,1 milliards d’habitants d’ici 2050. Cela signifie que la production alimentaire doit plus que doubler pour faire face à une demande accrue. En particulier pour l’Afrique, qui devrait compter environ 2 milliards d’habitants, il est essentiel d’optimiser au maximum la productivité agricole (la production de l’industrie agricole).
Plus la population augmente, plus le rendement agricole est faible. Cela arrive souvent à cause du changement climatique et du phénomène de migration vers les villes qui réduit la main d’oeuvre jeune capable de travailler dans les champs. Malheureusement, nombreuses mesures mises en place par les gouvernements africains sont insuffisantes. Un changement plus radical est nécessaire afin de que garantir l’approvisionnement alimentaire local. La majorité des communautés rurales utilisent encore d’anciens outils agricoles tels que la houe et le coutela. Pendant ce temps, les agriculteurs qui essaient de se moderniser sont bloqués à par des barrières financières.

COMMENT L’INVESTISSEMENT ET L’INTRODUCTION DE LA TECHNOLOGIE NUMÉRIQUE ONT-ILS FAIT PARTIE DE LA SOLUTION?

Les entrepreneurs africains essaient de comprendre comment travaillent les fermiers afin de développer des solutions destinées à les aider à augmenter le rendement agricole. Une fois le problème de financement résolu, le continent entier pourra contribuer à la production de nourriture et créer des emplois. D’autres technologies digitales ont été importée en Afrique comme les satellites, les drones, le outils de prévision météorologique et autres détecteurs. Des systèmes automatisés ont également été installés afin de fournir aux fermiers des informations à propos de l’évolution du climat à partir d’analyses des sols. Cela aide également les agriculteurs à utiliser les bons engrais et pesticides, ainsi que d’ajuster la fréquence d’irrigation de leurs champs. Parmi les autres technologies disponibles, citons les dispositifs d’irrigation goutte à goutte qui permettent à quelques gouttelettes d’eau d’irriguer en permanence les cultures en utilisant l’énergie solaire pour alimenter l’ensemble du système. Cela réduit les pertes en eau lors de l’irrigation régulière, protégeant ainsi une ressource naturelle rare.

QUE RÉSERVE L’AVENIR

Ces technologies et beaucoup d’autres deviennent de plus en plus accessibles aux agriculteurs africains et ont confirmé l’augmentation de la productivité. De plus, de grandes entreprises mondiales tentent de faire progresser la numérisation de l’agriculture africaine en lançant des systèmes de paiement, des plateformes de crédit et une assurance numérique. Celles-ci permettent aux agriculteurs de mieux gérer leurs revenus, d’améliorer leur niveau de vie et celui de leur famille. Bien que les différences linguistiques et l’utilisation d’anciennes méthodes de production restent un obstacle à surmonter, les choses s’annoncent positives et l’Afrique évolue dans une direction progressive et écologiquement durable.

Marwin Ramos

VIEW ALL POSTS

Leave a reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *