L’Enchaînement Peut-il Aider une Personne Souffrante de Troubles Mentaux ? (Ghana)

Au Ghana, on a toujours traité des personnes souffrantes de problèmes ou de maladies mentales en les envoyant dans des camps de prière. Dans ces camps, elles sont souvent enchaînées aux arbres et laissées, parfois pendant des années durant. En 2017, le gouvernement du Ghana a rendu l’enchaînement illégal, une avancée positive pour le peuple ghanéen. En effet, cette promesse aidera à protéger les droits de tous les ghanéens.

Cependant, des centaines de personnes souffrantes de déséquilibres mentaux, réels ou supposés, continuent d’être envoyées aux camps de prières.

QU’EST-CE QU’UN TROUBLE MENTAL ?

Les troubles mentaux (LINK) ne sont pas moins normaux que les troubles physiques, et peuvent toucher tout le monde. Un problème de santé mentale n’est pas la faute de la personne concernée. Il existe de nombreux types de troubles, qui peuvent devenir des affections très graves à long terme. De nombreuses personnes affectées peuvent surmonter ces problèmes ou apprendre à vivre avec, de la même manière qu’ils peuvent surmonter les problèmes de santé physique. Plus tôt ils obtiendront de l’aide, mieux ce sera.

EST-CE QUE L’ENCHAÎNEMENT AIDE À SOIGNER LES TROUBLES MENTAUX ?

Certains problèmes de santé mentale ne sont pas complètement soignables, mais tous peuvent être traités par un professionnel. Les médecins peuvent améliorer la santé mentale d’un patient en l’aidant à résoudre ses problèmes, tout en maintenant leur dignité et en respectant leurs droits. Par inversement, l’enchaînement retire la liberté du patient, ne laissant aucune voie à l’amélioration de ses problèmes ni à son rétablissement.

Tout le monde a droit à la liberté, mais les pratiques comme l’enchaînement la retire. De plus, l’enchaînement provoque une douleur terrible chez le patient, qui est physiquement attaché. Il n’y a pas beaucoup de sens à traiter souffrance avec souffrance. C’est une forme de torture extrêmement dégradante pour le patient qui doit la supporter.

CONCLUSION

Le Dr Akwasi Osei, responsable de l’Autorité de la santé mentale du Ghana, a déclaré que «les personnes atteintes de troubles mentaux sont des êtres humains comme nous et dont nous devrions respecter scrupuleusement les droits fondamentaux». Nous pouvons accomplir cela en aidant les personnes souffrantes à obtenir un traitement, ce qui permettra leur rétablissement. L’enchaînement est une solution ni éthique ni productive, et nous devrions travailler ensemble pour nous assurer que de telles pratiques soient limitées autant que possible.

Les personnes ayant des problèmes de santé mentale sont, tout comme les autres êtres humains, des personnes qui sont souvent en mesure d’apporter une contribution très précieuse à la société. Cependant, l’enchaînement les empêche de faire cette contribution dont ils sont capables.

Marwin Ramos

VIEW ALL POSTS

Leave a reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *