Les Têtes Funéraires du Peuple Akan (Ghana)

Au Ghana, dans la seconde moitié des années 1500, le peuple Akan sculptait des têtes en terre cuite. Ces sculptures, réalisées par les femmes, étaient utilisées comme souvenir des morts. Les gens ordinaires et les membres de la royauté pratiquaient cette méthode de commémoration. Pendant certaines parties de l’année, des prières et des offrandes étaient faites aux ancêtres à travers ces sculptures. Dans cet article, vous en apprendrez plus sur les rituels funéraires et sur le rôle de ces sculptures dans la société.

QU’EST-CE QU’UNE TÊTE FUNÉRAIRE ?

Les Asante appartiennent à la culture et au groupe linguistique Akan au Ghana, mais l’Empie Asante a émergé à la fin du 17ème siècle. Les Asante expriment leurs croyances sur la mort et l’au-delà en utilisant l’argile. La terre cuite (un type d’argile de couleur rouge ou brune) est le type d’argile typique utilisé. La terre cuite serait utilisée pour fabriquer soit un récipient (une tasse ou un bol), soit une tête appelée nsodie. Nsodie peut être vu comme un portrait en mémoire de quelqu’un qui vient de mourir. Les sculpteurs étaient des femmes.

COMMENT LES NSODIES SONT-ILS UTILISÉS ?

À partir de la seconde moitié des années 1500, les femmes sculpteurs Akan créaient des têtes en argile. Ces sculptures étaient utilisées pour commémorer les morts. Le peuple Asante a préservé et continué cette tradition.

Il existe deux types de nsodie, une pour les gens ordinaires et une pour la royauté. Les récipients étaient pour les gens ordinaires. Les têtes nsodies étaient réservées à la royauté. Les nsodies étaient peints en noir, car on associait le noir à la vie après la mort et à la force spirituelle.

Les nsodies de la royauté ne ressemblent pas toujours aux personnes qu’ils représentent. Souvent, les traits du visage symbolisent des qualités positives (parties de la personnalité) des dirigeants. Les nsodies étaient placés dans des cimetières, dans un lieu sacré appelé asensie. Les nsodies de la royauté étaient entourés par les effigies de leurs serviteurs pour apporter un réconfort dans l’au-delà. Pendant certaines périodes de l’année, l’asensie et les nsodies étaient au centre des prières et des offrandes en échange du soutien des ancêtres.

À QUOI RESSEMBLE UNE TÊTE FUNÉRAIRE ?

Si une personne ordinaire mourait, leur famille demandait à un sculpteur de fabriquer un vase en terre cuite. Le style du vase pouvait être très différent selon les sculpteurs. Les récipients étaient souvent décorés de reliefs (dessins insérés dans le matériau à l’aspect 3D). Les nsodies, ou les sculptures des têtes royales, ont également un aspect différent. Ils peuvent être plats, larges et circulaires, ou creux et grandeur nature. Le plus important, c’est qu’ils reflètent les bonnes qualités du défunt pour qu’on puisse les commémorer avec honneur.

ANNA BUSUTTIL

VIEW ALL POSTS

Leave a reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *