La Liberté de la Presse et son Importance pour la Démocratie

La liberté de la presse est très important pour une société démocratique. La possibilité de critiquer la politique d’un gouvernement et de donner une voix aux peuples africains sont des points fondamentaux de la liberté de la presse et de la démocratie. Il faut protéger la liberté de la presse si l’Afrique veut retenir son pouvoir.

QU’EST-CE QUI FAIT QUE LA PRESSE EST LIBRE ?

De base, la presse – les journaux, les sites journalistiques et autres médias – est libre si elle agit indépendamment du gouvernement. Les médias privés ne prennent pas d’ordres du gouvernement et peuvent décider du matériel qu’ils publient. Les médias gouvernementaux ont souvent le devoir de supporter les intérêts du gouvernement, et font parfois une partie officielle de celui. Les médias privés ne sont pas automatiquement libres. Les gouvernements peuvent intervenir pour oppresser les médias en interdisant certains sujets ou en intimidant les journalistes. Ces méthodes limitent la liberté de la presse.

POURQUOI LA LIBERTÉ DE LA PRESSE EST IMPORTANTE POUR LES DÉMOCRATIES ?

La liberté de la presse est importante parce qu’elle contribue à la transparence du gouvernement, ce qui est vital pour la démocratie. Plus la presse est libre, plus la société devient démocratique. La presse privée, au contraire des presses gouvernementales, a plusieurs rôles uniques dans une société. La presse libre est une sorte de gardienne pour le gouvernement en reportant sur ses activités, en tenant le gouvernement comptable. Tout cela fait partie de la transparence. Maintenant surtout, dans l’ère digitale, la liberté de la presse peut créer des forums – une place où les gens de différents milieux peuvent discuter des affaires importantes.

MENACES À LA LIBERTÉ DE LA PRESSE

La liberté de la presse est déterminante pour la démocratie, mais l’Afrique subsaharienne connaît beaucoup de gouvernements qui oppressent la presse et limitent la démocratie. Les actions des gouvernements ont été la principale menace à la liberté de la presse autour du monde. Dans la République démocratique du Congo par exemple, le président Joseph Kabila s’attaque aux agences de presse comme Radio Okapi (qui est soutenu par l’Organisation des Nations unies) et s’attaque aussi aux journalistes tels que Marcel Lubala Kalala qui a été tué pendant qu’il reportait sur une manifestation en opposition au président. La répression des media ne prend pas toujours la forme d’attaques directes.

En Tanzanie, le président John Magufuli a passé des lois pour affaiblir la liberté de la presse. En 2015, la loi appelée Cybercrimes Act ou aussi Media Services Act ont directement sapé l’autorité des médias pour critiquer le président, sous peine d’emprisonnement s’ils ‘insultent’ le président. Au Tchad et en République démocratique du Congo, les gouvernements sont accusés d’avoir organisé une censure pendant les troubles civils et les élections pour restreindre l’influence de la presse. Il est clair que les hommes politiques de ce type en Afrique ne font pas confiance à la démocratie et essayent d’arrêter son fonctionnement.

Il est vital que tout pays en Afrique supporte la liberté de la presse. Si les médias ne peuvent pas opérer indépendamment, le gouvernement a plus de chances d’agir de manière hors la loi. Ces façons d’agir, les pratiques extra-juridiques, la corruption et la répression, sont plus probables dans les pays où le gouvernement contrôle la presse. Par-dessus tout, la liberté de la presse donne une voix aux citoyens – les médias qui n’ont pas la liberté d’expression ne se concernent pas avec les sujets critiques aux peuples en Afrique.

HENRY RAIKES

VIEW ALL POSTS

Leave a reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *