La Pollution – Le Rejet de Déchets Illégaux en Afrique de l’Ouest

PAR NARYAN BRANCH

 
LA POLLUTION EN AFRIQUE
Le terme pollution signifie dégrader les terres, l’air ou l’eau. Ces éléments deviennent ensuite toxiques ou inutilisables et dans certains cas ils deviennent dangereux pour la santé des hommes. 1.9 Millions de tonnes de déchets sont produits chaque année en Afrique de l’Ouest, ce qui est assez faible par rapport au nombre de personnes qui y vivent. Certains pays (comme le Royaume-Uni ou l’Allemagne) ont une population beaucoup plus petite mais rejettent presque autant de déchets que l’Afrique tout entière. Les pays occidentaux ne savent plus ou stocker leurs déchets. Malheureusement, de nombreux d’entre eux envoient leurs ordures dns d’autres pays plutôt que de les traiter eux-mêmes. Cela représente un problème majeur pour des zones telles que l’Afrique de l’Ouest.

LE REJET DE DECHETS ILLEGAUX
Les pays occidentaux produisent beaucoup d’ordures à cause des modes de vie des populations. Même si les gouvernements incitent la population à réduire l’utilisation de certains produits ou à les réutiliser quand cela est possible, il y à toujours un trop grand nombre de déchets produits. Au lieu de jeter ces ordures et de les stocker dans leurs propres pays, ils préfèrent les envoyer dans des endroits comme l’Afrique de l’ouest pour des raisons économiques. Bien évidemment, ceci est extrêmement injuste pour des pays comme le Ghana, la Côte d’Ivoire et le Nigeria qui doivent par la suite gérer ces déchets.

Souvent, les matériaux électroniques comme les écrans d’ordinateurs et les réfrigérateurs sont envoyés en Afrique de l’Ouest illégalement. Ces matériaux jouent un rôle important car ils peuvent être réutilisés pour différentes utilisations. En revanche, les détritus envoyés illégalement à Agbogbloshie, au Ghana, sont complètement détruits et inutilisables. De plus, ces ordures contiennent des substances toxiques qui dégradent les terres et l’eau au Ghana, impactant la santé de la population, des animaux et détruisent les cultures.

LA COTE D’IVOIRE
Comme exemple de rejets illégaux en Afrique de l’Ouest particulièrement néfaste, on peut citer celle de la Côte d’Ivoire. En 2006, l’entreprise Trafigura a envoyé un navire au port d’Abidjan pour abandonner 500 tonnes de déchets toxiques sur place. L’entreprise aurait dû gérer ses déchets au Pays-Bas (le pays d’origine de l’entreprise). Le rejet de ces déchets en 2006 a fait 17 morts et plus de 300 000 blessés en Côte d’Ivoire. Ceci est très injuste et les pays occidentaux devraient prendre leurs responsabilités concernant ces actions. Les pays Africains doivent donc gérer des problèmes qui ne sont pas les siens à cause des rejets d’ordures illégaux.

LES SOLUTIONS
C’est important pour les pays de l’Afrique de l’ouest d’être conscients des dangers liés à la pollution afin de pouvoir y faire face. Les populations doivent rester à distance des décharges et des tas d’ordures ainsi que des eaux aux alentours afin que les substances toxiques ne se rependent pas. Si de plus de plus de gens deviennent conscients du rejet illégal des déchets, alors les pays occidentaux seront moins susceptibles de continuer à le pratiquer. Depuis quelques années, certaines personnes commencent à accuser et faire face à Trafigura pour les problèmes causés en Côte d’Ivoire en 2006. L’entreprise va maintenant devoir verser une grosse somme d’argent pour dédommager la Côte d’Ivoire pour les dommages causés. Même si cela est bien, ca ne remplacera pas les vies perdues à cause de leurs actions. Le mieux que puisse faire les pays Africains est d’être conscients de ces dangers et être de bien gérer seulement leurs propres déchets de manières responsables, par exemple, en les stockant loin des habitations.

[related_posts_by_tax posts_per_page= »4″]

Marwin Ramos

VIEW ALL POSTS

1 comment

  1. parenthesis 3 ans ago janvier 3, 2018

    I c?nstantly sp?nt my ha?f an hour to r?ad this weblog’s
    ?rticles all the time along with a mug of coffee.

    REPLY

Leave a reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *