L’histoire du Royaume de la Forêt du Benin

Avec des compétences artistiques proche de celle de la renaissance Italienne, des structures comparables à la Grande muraille de Chine et une armée extrêmement disciplinée, le Royaume de la Forêt du Benin est un aspect phare de l’histoire Africaine.

Son nom vient de la luxuriante forêt tropicale dans laquelle la population Edo s’est installée en 900. La population appelée son royaume « l’igodomigodo » et le chef était connu sous le nom de Ogiso, le « maitre du ciel ». Cette dynastie de souverain se termina en 1100 et le peuple Edo vécut un effondrement de leur communauté. Par conséquent, ils demandèrent à leur voisin, le Roi Ife, de venir les secourir. Le roi envoya son fils, le Prince Oranmiyan, afin de diriger le peuple Igodomigodo. Il devint par la suite le premier d’une longue ligné d’Obas à devenir souverain du Royaume du Benin.

Ewuare devint aussi l’un des leaders des Obas en 1440. Il fut vénéré par ses sujets pour avoir veillé sur l’empire pendant son âge d’or en montrant un grand courage lors des batailles. Il était tellement respecté que les gens ne pouvaient pas le regarder sans sa permission et était aussi capable de rassembler une armée de 20 000 hommes en une journée, pouvant aller jusqu’à 180 000 si il le voulait.
Il transforma le Benin en une ville-état, qui devint le cœur de son royaume. Il continua ensuite la construction de son fameux mur du Benin. A son apogée, cette construction mesurée plus de 9,900 miles de long, en faisant une des plus grande structure crée par la main de l’homme à l’époque, rivalisant avec la grande muraille de Chine et utilisant plus de matériaux que les pyramides Egyptiennes.

L’art a aussi prospéré durant le règne d’Ewuare. L’empire du Benin était réputé pour sa terre cuite, son cuivre, ses cultures en bronze qui décrivaient d’importants évènements de l’histoire du royaume, comme les grandes victoires contre les ennemies ou l’arrivée des Allemands et des Portugais.

La méthode à la cire était souvent utilisée pour leurs œuvres d’art. Cela impliquait de réaliser un modèle précis en cire, ensuite recouvert d’argile. Quand les deux matériaux étaient chauffés, la cire fondait, laissant l’argile dure sur le moulage. Les artistes versaient ensuite du métal en fusion dans le moule, avant de le casser afin de conserver seulement la superbe sculpture en bronze ou en cuivre.
La maitrise de cet art attira l’attention et terrifia les voyageurs européens qui visitèrent et firent commerce avec l’empire du Benin. Comme le grand palace Oba. Un visiteur allemand se vanta de son énorme taille lors de son retour en Hollande, qui couvrait un espace aussi grand que celui de deux terrains de football américain ensemble, d’une œuvre d’art magnifique.

ADAM RHAITI

VIEW ALL POSTS

1 comment

  1. Chodaton Corneille 4 ans ago avril 21, 2017

    Pas mal comme application

    REPLY

Leave a reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *