Ukraine War Affecting African Economies

Comment est-ce que la guerre en Ukraine affecte les économies africaines ?

Alors que le continent africain se remet des conséquences de la pandémie de coronavirus, l’invasion inattendue de l’Ukraine par les forces russes le 24 février a eu de lourdes répercussions sur l’économie africaine. Les pays peuvent être touchés soit parce qu’ils dépendent directement des ressources de la Russie et de l’Ukraine, soit par une augmentation générale des prix sur tous les marchés à mesure que l’approvisionnement diminue. 

Quels secteurs sont particulièrement touchés ?

L’Afrique est un gros consommateur de blé; la consommation devrait atteindre 76,5 millions de tonnes d’ici 2025, dont presque 64 % sont importés. Comme l’Ukraine est le quatrième fournisseur de blé et de maïs au monde, il y a une pénurie mondiale soudaine et importante de céréales qui a entraîné une hausse importante des prix du marché. Pour empirer les choses, la Russie (un autre grand exportateur de céréales) ajoute de nouvelles taxes aux stocks de blé, ce qui constitue une augmentation des prix encore plus élevée. En plus de l’incidence sur le secteur de l’alimentation, la Russie est l’un des plus grands fournisseurs mondiaux de pétrole. Cependant, en raison des sanctions occidentales, ils sont actuellement incapables de vendre leurs ressources naturelles. Cela a créé un énorme déficit par rapport à la demande d’énergie qui fait monter les prix du marché.

Tous les stades de l’approvisionnement alimentaire de l’Afrique  

La guerre en Ukraine a de lourdes répercussions sur le commerce, ce qui nuit à l’approvisionnement alimentaire en Afrique. Premièrement, le pétrole est au niveau le plus élevé depuis 2014, ce qui a une incidence sur le prix du transport, limitant la possibilité d’importer des marchandises dans et autour du continent. Même pour les pays qui produisent leurs propres aliments, la Russie est le premier fournisseur mondial d’engrais. Au début de la guerre, il y a eu une forte hausse du prix des engrais en raison de l’imposition tarifaire. Cela a rendu beaucoup plus cher la cultivation des plantes pour les agriculteurs africains, comme au Kenya, qui importe la majeure partie de son engrais de la Russie. En raison de la baisse de l’offre et de l’augmentation de prix, certains pays africains constatent qu’ils ne sont plus en mesure de rivaliser avec des pays plus riches sur le marché mondial. Les économies africaines n’ont pas été à l’abri de la tendance mondiale à une hausse de l’inflation cette année, ce qui réduit également leur pouvoir d’achat.

Quels pays africains seront les plus touchés ?

Le nord de l’Afrique connaît actuellement la pire sécheresse depuis des décennies, ce qui a entraîné une diminution du rendement des cultures et a fait que de nombreux pays de la région comptent sur des importations alimentaires en provenance de l’extérieur du continent. C’est particulièrement vrai pour l’Égypte, qui importe 70 % de son blé de l’Ukraine et de la Russie ; le mois dernier, le pays a dû demander au Fonds monétaire international un prêt pour appuyer son programme économique en vue de contrer l’impact de la guerre en Ukraine. En outre, les pays au bord de la famine (que les Nations unies ont identifiés comme étant Madagascar, l’Éthiopie, le Soudan du Sud, le Tchad, le Burkina Faso et la République démocratique du Congo) seront touchés de manière disproportionnée, car les organismes d’aide comptent sur les céréales pour soulager la famine. 

Qu’est ce qu’on fait pour régler ces problèmes ?

Alors que la guerre en Ukraine continue sans fin en vue, les autorités nationales et internationales cherchent des moyens d’atténuer les conséquences pour les économies mondiales. Il a été suggéré que l’effet de la guerre sur les prix du pétrole pourrait encourager les pays à envisager des alternatives vertes domestiques ce qui éviterait de compter sur les puissances étrangères instables. En outre, le Fonds monétaire international et la Banque mondiale ont été appelés afin d’éviter les pires répercussions économiques dans le cadre de programmes d’aide étendus. 

Ella Holliday

VIEW ALL POSTS

Leave a reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *