HEALTH CARE

Le droit de santé – Le cas de l’Afrique subsaharienne

Qu’est-ce que c’est le droit de la santé ?

Le droit d’avoir l’accès aux services de santé est un droit humain fondamental, qui est garanti par la section 27 de la Constitution. Tout le monde a le droit ;accéder aux services de santé, au traitement médical d’urgence, et aux médicaments.

Comment la COVID-19 a-t-elle touché le ravitaillement des services de santé en Afrique ?

La COVID-19 a perturbé l’accès de la population africaine aux services de santé. Non seulement cela, sinon elle menace aussi les progrès réalisés dans la lutte contre le virus ;immunodéficience humaine (le VIH), la tuberculose (la TB) et la malaria. En 2020, on a noté un déclin sans précédent de ;accès aux services de santé à cause des enjeux auxquels font face les patients et les services médicaux. Beaucoup de patients ont cessé de chercher de l’aide médicale par peur de contracter le virus. De plus, les patients sont interdits d'accéder aux transports en
commun à cause des ordres de confinement et des transports en commun limités. Des professionnels médicaux ont cessé d’offrir certains services médicaux ordinaires parce qu’ils ont été submergés par le soin des patients de la Covid-19.

L’Afrique subsaharienne a été le plus touchée par la distribution inégale globale du vaccin. Dans quelques parties du monde, les gens se mettent en ligne pour leur vaccin de rappel contre la Covid-19, pendant que, selon l’Unicef, «moins de cinq pourcent» de la population africaine a été complètement vacciné contre le
coronavirus». Selon People’s Vaccine Alliance (L’alliance du vaccin du peuple), «jus;à présent, seulement 0,7% des vaccins ont été donnés aux pays à revenufaible», même si les pays riches stockent des doses non utilisées qui expireront bientôt. Cela est assez alarmant parce que les pays africains ont un plus grand risque de nouvelles épidémies. La population subsaharienne est soumise à la pauvreté croissante et à la faim.

Qu’est-ce qu’on a fait?

Les Nations Unies essaient d'égaliser la distribution globale du vaccin, appelée COVAX, mais il a échoué à alléger la pénurie de vaccin dans les pays pauvres. Les pays riches ont accepté de donner les vaccins excédentaires aux pays à revenu faible mais la procédure prend beaucoup de temps. Education Plus Initiative (L’initiative «d’Education Plus») était lancée par lONUSIDA, L’UNESCO, l’UNFPA, l’Unicef et l’ONU Femmes et a pour but d’autoriser les jeunes femmes, en vue de parvenir à ;égalité des sexes en Afrique subsaharienne à travers les éduquer sur leurs droits.

Au Cap, les entrepôts ont été convertis dans les espaces où les scientifiques se sont réunis pour reproduire le vaccin Covid de Moderna. Ces scientifiques sont appuyés par l’Organisation mondiale de la Santé qui coordonne le recherche de et la production des vaccins en Afrique du Sud. Un pas envers réduire les disparités de santé est de reconsidérer la canalisation des DTS (les Droits de tirage spéciaux) et de prioriser l'accès de la population
subsaharienne aux services de santé.

Conclusion

L accès aux services de santé de bonne qualité est un droit humain fondamental. Il
est lié à maintenir la santé, à éviter les maladies et à réduire le décès prématuré. Ce
droit devrait être garanti pour tout le monde car il est lié aux principes d’égalité,de
non-discrimination et de la transparence. Les politiques de la santé nationale
devraient être imposées pour renforcer les systèmes nationaux de santé.

Holly Cobb

VIEW ALL POSTS

Leave a reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *