PLASTIC WASTE

Les déchets plastiques en Afrique du Sud : Opportunité Économique ou Catastrophe Environnementale ?

Introduction

L’Afrique du Sud a annoncé récemment son intention d’importer davantage de déchets plastiques. Certains pays choisissent d’importer des déchets plastiques parce qu’on les paie pour le faire. En outre, les déchets peuvent être recyclés et mis à profit. Cependant, quand ce n’est pas le cas, les déchets plastiques peuvent causer des dommages significatifs à l’environnement. Ils polluent l’air et les sources d’eau et rendent les villes désagréables à vivre.

Pourquoi est-ce que l’Afrique du Sud importe davantage de déchets plastiques ?

L’Afrique du Sud ouvre les candidatures à l’importation de déchets plastiques afin de correspondre aux besoins de l’industrie du plastique. Certains types de déchets plastiques peuvent être utilisés par les entreprises comme une ressource peu chère pour la fabrication. Les entreprises ont également dit que certains plastiques ne sont pas assez répandus en Afrique du Sud. L’importation de ces plastiques pourrait rendre la fabrication moins chère et plus rentable. Cela peut profiter à l’ensemble de la société parce que les produits sont moins chers et les entreprises peuvent payer plus d’impôts au gouvernement.

Pourquoi est-ce que cette décision est controversée ?

Actuellement, l’Afrique du Sud ne recycle que 14 % de ses déchets plastiques. On peut se demander si la plupart du nouveau plastique importé sera recyclé. Le plastique met très longtemps à se décomposer. Par conséquent, quand on ne recycle pas le plastique, on doit le stocker quelque part. Une grande partie du plastique se retrouve dans les grands centres d’enfouissement des déchets. De nombreux pays d’Afrique, comme le Kenya, ont rencontré des difficultés avec ces centres.

Le plastique peut se retrouver également dans les océans. Cela est souvent dû au fait qu’il est emporté par le vent depuis les sites d’enfouissement. On estime que d’ici 2040, 600 millions de tonnes de plastique se trouveront dans les océans du monde. Certains pensent que l’Afrique du Sud ne pourra pas s’occuper de plus de déchets qu’elle ne le fait déjà. En pratique, il semble peu probable qu’elle parvienne à tout recycler. Très probablement, plus de plastique se retrouvera dans l’environnement naturel.

L’autre critique contre l’Afrique du Sud est qu’elle encourage les autres pays à produire plus de déchets plastiques. Si les pays savent qu’ils peuvent exporter des déchets vers l’Afrique du Sud, il n’existe pas de motivation de réduire les déchets plastiques. On doit réduire les déchets plastiques au niveau mondial. Les pays qui importent des déchets plastiques peuvent empêcher ce résultat. 

Cependant, certains pays sont en bonne position pour importer des déchets. Beaucoup de pays d’Europe recyclent bien plus de la moitié de leurs déchets. Dans ce cas, il semble logique économiquement d’en importer plus pour les recycler. Dans ces cas, les conséquences environnementales seront minimes. Cependant, l’Afrique du Sud et la région d’Afrique plus grande ne se trouvent pas dans la même position. Cela est dû principalement au fait qu’ils ne disposent pas des infrastructures nécessaires pour traiter efficacement les déchets.

Conclusion 

Pour certains pays, l’importation de déchets plastiques peut représenter une opportunité économique importante. S’ils peuvent utiliser les déchets sans causer de dommages à l’environnement, il existe des bienfaits économiques. Cependant, pour certains pays, ce n’est pas le cas. L’Afrique du Sud est déjà confrontée au problème des déchets. L’importation de davantage de déchets plastiques fournira des ressources pas chères aux entreprises. Mais, elle causera de la pollution significative. Une partie de cette pollution touchera des sources d’eau et l’océan. Elle affectera également les villes disposant de vastes sites d’enfouissement. Ainsi, les déchets plastiques en Afrique du Sud sont plus une catastrophe environnementale qu’une opportunité économique.

Madeleine Nash

VIEW ALL POSTS

Leave a reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *