Le festival vodun à Ouidah

On dit que la religion vodun est née dans le pays de Bénin en Afrique de l’Ouest. La religion est plus connue comme le vaudou mais ce n’est pas le type de vaudou qui implique la sorcellerie ou la magie noire, que les médias représentent souvent d’un point de vue négatif. Un grand pourcentage de la population actuelle du Bénin pratique la religion et quelques unes de ses pratiques ont été adoptées par les populations musulmanes et chrétiennes du pays. Il y a des gens qui pratiquent la religion à l’extérieur de l’Afrique parce qu’elle s’est répandue à l’Amérique du Nord et aux pays des Caraïbes grâce au mouvement des esclaves entre ces deux endroits.

 

Chaque 10 janvier, le Bénin célèbre une fête nationale pour commémorer l’histoire et les mœurs de la religion vodun. Les fêtes les plus grandes et les plus remarquables ont lieu dans la ville de Ouidah. Son emplacement sur la côte atlantique lui donne aussi une importance historique. La ville était la plus grande exportatrice d’ esclaves pendant la traite des esclaves et ses plages étaient souvent le dernier endroit que les esclaves voyaient avant d’être emmenés en Amérique.

On se souvient de ces esclaves pendant les célébrations.

 

Les célébrations prennent la forme d’ énormes processions colorées dans la ville. Elles commencent chez le Temple des Pythons et elles commencent avec le féticheur (le prêtre principal). En raison du fait que le sacrifice des animaux est très commun dans la religion vodun, normalement on sacrifie une chèvre. Après cela, les processions commencent et elles sont pleines de chants et de danses vives. Une autre coutume populaire est de boire de l’alcool, surtout le gin. Les processions prennent l’itinéraire que les esclaves auraient pris vers les plages qui donnent sur l’Atlantique.

 

Beaucoup de groupes de gens qui sont croyantes de vodun voyagent afin de participer aux célébrations. Le festival attire beaucoup de touristes chaque année aussi, qu’on salue avec un festin pour les sens. Ils peuvent garder l’espoir de voir des tambours et des masques traditionnels ainsi que des gens déguisés en esprits de leur clan.  Une des choses les plus uniques à voir sont les zangbetos. Ce sont des hommes dont les tenues ressemblent à de grandes meules de foin colorées. 

 

Une autre partie importante du festival est les fétiches. Ce sont des petites statues ou des parties séchées d’animaux ou d’humains qui sont vendues dans les marchés et on dit qu’elles ont des pouvoirs spirituels. Chaque esprit a des compétences différentes : quelques-uns peuvent prendre contrôle de la nature tandis que d’ autres appartiennent à certains clans et tribus. 

 

Le festival passe aussi dans plusieurs autres pays y compris le Togo, le Ghana et le Nigéria ou la religion est pratiquée aussi. Ainsi le festival est un événement vibrant qui rassemble beaucoup de gens différents en célébrant le passé.

ZARA ARIF

VIEW ALL POSTS

Leave a reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *