Les Juifs En Afrique Subsaharienne: Une Vue D’ensemble

Lorsqu’on parle de religions en Afrique subsaharienne, il est facile de penser aux chrétiens, aux musulmans ou aux adeptes des croyances païennes indigènes, mais presque personne ne pense aux communautés juives dispersées sur le continent. Pourtant, ces communautés sont florissantes depuis de nombreuses années – quelques-unes depuis les 17ème et 18ème siècles, et peut-être même avant. Néanmoins, il est important de se rappeler qu’avant la création de L’État d’Israël en 1948, les communautés juives en Afrique étaient beaucoup plus grandes qu’elles ne le sont maintenant. 

Afrique de l’Est

La plus connue des communautés juives en Afrique est sans doute Beta Israël, la communauté juive d’Éthiopie. Si la plupart d’entre eux ont émigré (et se sont installés de manière permanente) en Israël, certains sont restés, pratiquant un mélange de leurs propres traditions juives (appelées judaïsme Haymanot) et de traditions juives traditionnelles qui leur ont été enseignées par des rabbins étrangers (professeurs de la religion juif). L’histoire des Juifs en Éthiopie remonte à des milliers d’années. Ménélik Ier, célèbre souverain éthiopien du Xe siècle avant notre ère, serait le fils du roi Salomon et de la reine de Saba. Les membres de la communauté Beta Israël pensent qu’ils descendent de la tribu de Dan, l’une des 12 tribus d’Israël. Aujourd’hui, il en reste peu, principalement autour de Gondar et des villages environnants, car la plupart ont été amenés en Israël pendant la famine de 1984 en Éthiopie.

Même s’ils ne sont pas aussi connus que la communauté éthiopienne, les Juifs sont également présents au Kenya. La congrégation hébraïque de Nairobi a été fondée au début du 20e siècle pour les Juifs venus d’autres pays, comme la Lituanie et la Russie, mais certains Juifs nés au Kenya y pratiquent leur culte aujourd’hui . Il est peut-être plus intéressant de noter qu’un groupe d’agriculteurs de subsistance près de Nyahururu a formé la communauté juive Kasuku Gathundia. Dirigée par Yosef Njogu, la communauté a été formée après qu’ils on rendu compte que ce qu’ils pratiquaient auparavant était le judaïsme messianique et non ce que la plupart considéraient comme le judaïsme traditionnel.

Afrique du Sud

En Afrique du Sud, les Juifs sont arrivés comme colons néerlandais pendant les années 1820. Confrontés à de nombreuses périodes de persécution tout au long de l’histoire de l’Afrique du Sud, ils sont aujourd’hui largement acceptés et soutenus. La synagogue Gardens Shul a été construite en 1863 et est toujours debout, mais il existe aujourd’hui de nombreuses autres synagogues dans le pays, qui accueillent environ 70.000 personnes de confession juive. La présence juive en Afrique du Sud a également permis à Israël et à l’Afrique du Sud de maintenir des liens diplomatiques et militaires très étroits.

Bien que petite, la communauté juive en Eswatini doit tout de même être évoquée. Il y a environ 50 juifs en Eswatini. Par exemple, le rabbin Natan Gamedze, descendant du clan Gamedze du Royaume d’Eswatini, s’est converti du christianisme au judaïsme. Il donne aujourd’hui des conférences aux publics juifs dans le monde entier.

Afrique centrale :

Il y a 320 juifs en République démocratique du Congo. La plupart vivent dans la ville de Lubumbashi, au sud-est du pays, qui est desservie par un rabbin et possède une synagogue. Il est intéressant de noter que cette communauté parle le ladino, une langue hispano-juive parlée par les juifs sépharades. Il y a également quelques Juifs dans la capitale, Kinshasa.

En Ouganda, il existe une communauté appelée les Abayudaya qui pratique le judaïsme. Ce groupe est né avec le chef militaire Muganda Kakungulu, qui a été converti au christianisme par les Britanniques en 1880. Toutefois, il a déclaré être juif en 1919 après avoir lu l’Ancien Testament. Actuellement, plusieurs synagogues desservent cette communauté florissante (estimée à 2.000 personnes), et les habitants entretiennent d’agréables relations avec les habitants musulmans et chrétiens des villes et villages voisins.

Afrique de l’Ouest :

Au Ghana, il existe une petite communauté juive dans la ville de Sefwi Wiawso, d’environ 200 croyants. La communauté a été fondée après que Toakyirafa, un leader de la communauté, ait eu une vision sur le retour de son peuple aux croyances du judaïsme traditionnel en 1976. David Ahenkorah dirige actuellement la communauté et la synagogue locale, ayant lui-même eu une vision. 

Il y a aussi beaucoup de personnes de nationalité nigériane Igbo qui croient qu’elles descendent de certaines des 12 tribus d’Israël qui ont fui en Afrique, ne voulant pas participer à la guerre civile entre Juda et Israël aux alentours de 900 ans avant notre ère. Il existe de nombreuses synagogues en Igboland, et certaines suivent les règles et les jours saints juifs, mais elles n’ont pas encore reçu de reconnaissance officielle du gouvernement israélien.

Joshua Kirkhope-Arkley

VIEW ALL POSTS

Leave a reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *