La vérité sur les vêtements d’occasion

De: REBECCA CLARK


posted on: November 6th, 2018

L’Afrique est la plus grande destination du monde pour les vêtements d’occasion, recevant plus de 70 % des dons de vêtements mondiaux. Les rues de presque toutes les villes sont remplies de piles colorées de vêtements usagés. En Ouganda, quatre vêtements sur cinq achetés sont d’occasion. Comment ces vêtements usagés atteignent-ils les pays africains, et sont-ils une bonne chose ?

LE VOYAGE DES VÊTEMENTS D’OCCASION

Dans des endroits tels que les États-Unis et l’Europe, les gens donnent souvent leurs vêtements à la charité gratuitement. Ces organisations de bienfaisance vendent les vêtements usagés aux entreprises qui trient les vêtements en fonction de leur type et de leur qualité.

Les vêtements commandés sont ensuite fabriqués en gros paquets. En fait, les vêtements d’occasion sont appelés mitumba en kiswahili, ce qui signifie littéralement « paquets ». ces paquets de vêtements sont placés sur des navires qui naviguent vers des ports africains tels que Dar es Salaam en Tanzanie. Ils sont achetés par des commerçants locaux, qui vendent les vêtements aux étals du marché pour faire un revenu.

Ce processus s’est répandu dans les années 1980, lorsque de nombreux gouvernements africains ont facilité l’achat d’articles étrangers. Cela a été fait à cause de la pression politique de l’étranger.

L’IMPACT ÉCONOMIQE DES VÊTEMENTS D’OCCASION

Les dons de vêtements d’occasion ont eu un impact mitigé sur les économies africaines. Ces vêtements usagés sont souvent moins chers que les vêtements fabriqués localement, ce qui fait que beaucoup de travailleurs de l’usine de vêtements perdent leur emploi. Par exemple, au Ghana, le nombre de personnes employées pour faire des vêtements a considérablement diminué de 80 % entre 1975 et 2000.

Cependant, ce n’est pas si mal. De nombreux africains gagnent aujourd’hui leur vie en vendant et en revendant des vêtements d’occasion – en 2016, 160,000 personnes étaient employées dans la vente de vêtements usagés au Kenya. En outre, le petit prix des vêtements d’occasion signifie qu’ils sont abordables pour les familles pauvres.

COMMENT PROCÉDER?

Certains gouvernements africains tels que le Rwanda veulent interdire l’achat de vêtements d’occasion à l’étranger. Cela permettrait de protéger les entreprises locales de vêtements et, éventuellement, de créer davantage d’emplois à long terme.

Toutefois, cette politique entraînerait également des centaines de milliers de vendeurs de vêtements d’occasion qui perdent leur emploi. L’interdiction des vêtements en provenance d’autres pays pourrait également nuire aux relations avec eux. Par exemple, les États-Unis en réponse ont introduit une taxe sur les vêtements rwandais.

La meilleure façon d’avancer est peut-être que les gouvernements africains encouragent les investissements dans leurs industries locales de vêtements. Des pays comme l’Éthiopie et le Sénégal ont déjà pris des mesures importantes dans ce sens, ce qui, espérons-le, sera avantageux pour tous.

Share Article

58
Health & Medicine Home & Family Science & Technology